Ta source-propre

— Tu serais d’accord pour intervenir depuis le public avec ta source-propre?
— Oui mais amplifié quand même ?
— Tout à fait : source-propre.

Nous avons pensé que tu pourrais intervenir, pendant le concert, depuis ta source-propre, comme commutateur ou membrane vibratile entre l’élément concertant de l’événement et son élément célébrant, mais non concertant.

Ni plein l’un des deux ni béant d’aucun, pas non plus zêlé posologue (styliste, bartender)
tu n’incites ni n’empêches, ne mobilises ni n’exonères, assumes une fonction mais
pas spécialement, veux-neux
décidé mais sans souscription
ni au motif
de la reddition dans la fête,
ni au principe exclusif du “nous” de l’Amicale
(te vois soustrait aux guerres d’égards qui sculptent les communautés d’events).

Idéalement déminé donc
et depuis cette tranchée diathétique où rien pas
même la désinvolture n’est select, tu interviens
intermittemment sous ta source-propre, chaque fois là
crestation sponte sua d’un truc
rond
de ses récalcitrances
qui respire par imbibition < > dessiccation
(et de ces mouvements pas sûr de
duquel l’augmente).

Après c’est tout un jeu d’usages avec ta source-propre (silence, saturation,
degré de théâtralité, de gêne, de facétie,
boudin de porte ou vent coulis,
croûte ou mie de la formation,
pendule de ses tendances au bartlebien
et à l’industrieux).

Imaginons-toi boulé dans un coin, sous l’orgue par exemple,
armé de ta seule source-propre,
et comme poignant entre ou dans les chnasons pour dire ou rien dire, idéalement
à ce degré d’empirisme atteint par les grands singes dans l’effort au treat
ou les démêlants d’écouteurs
stresstests cognitifs déréels, très zielorientiert
moments de démunition où la source occupe à ce point
que son propre n’est plus tant dans fluer
que dans un instress hyperdense, pressionnant son objet par tout ce qui chez lui fait
pore, prise, terminal synaptique —
une selvation par absorption.

giphyBien qu’il faille garder à l’esprit que ce que nous appelons source-propre aujourd’hui n’a guère à voir avec ce qui s’est appelé source-propre pendant des millénaires, nous avons pensé à toi pour une intervention depuis source-propre, car tu nous as semblé le plus moderne interprète de ta source-propre.

Bien sûr, tu n’es pas le mieux placé pour juger de la puissance ou de l’impuissance de ta source-propre, mais que ça ne t’empêche pas
D’INTERVENIR car crois-nous-toi on y gagne toujours ; une intervention entre nous est un jeu où tous sont en cheville, au lieu qu’en boule chacuns sont en cheville avec soi-mêmes et c’est tout de même plus drôle, plus marrant, mieux — entre amis entre célébrants entre concertants — d’être tous en cheville en même temps plutôt que chacuns isolés ratatinés en soi.

Interviens quand tu veux, mais toujours de ta source-propre. Prends cette fidélité absurde comme un exercice de mystique inverse : fantôme astreint, à force de vautrades, à se considérer de plus en plus probable.