Le chevauchant cravachant le galopant

HTML : Le che­vau­chant cra­va­chant le galo­pant

Un texte sur Mar­cel Jousse, son anthro­po­lo­gie de la connais­sance par le geste. Pour Jousse (le prêtre anthro­po­logue artilleur mys­tique sar­thois au voca­bu­laire bour­geon­neux), l’anthropos fait des drames pour soi-même – est mimo­dra­ma­tiste. Ses drames consistent en des jeux erra­tiques. L’anthropos jouit de l’indétermination de ces jeux et de la pos­si­bi­li­té pré­ser­vée d’une reprise, d’un recom­men­ce­ment. Mais la ten­ta­tion du par­tage des règles est forte, et les jeux erra­tiques se cris­tal­lisent en jeux ordon­nés. Le ruis­sel­le­ment et le scé­na­rio sont deux aspects anta­go­nistes de ces jeux ; cha­cun exerce une pres­sion et une séduc­tion avec les­quelles notre mimo doit com­po­ser, notam­ment dans ses rap­ports à l’image et à la légende.