Improcédure : la différence

Impro­cé­dure du 9.1.2018 : « La dif­fé­rence » (Seille)

le didac­tisme à vide est sans cau­tèle
quand il tourne des bras
ce n’est pas pour mimer faire pas­ser du savoir
il ne fait pas les bruits de langue et de sli­de­show du savoir en train de pas­ser
il fait d’authentiques bruits de pos­ca
des cris­se­ments de style sur le rêche de la vie
(la vie pour aujourd’hui : l’espoir que s’expliquer s’explique
sans qu’il faille néces­sai­re­ment suivre)

QUESTIONS
Posée là
Abor­dée
Entre­te­nue
Répon­due
Quelle est la dif­fé­rence ?
Quelle est la dif­fé­rence entre une dif­fé­rence et pas de dif­fé­rence du tout ?
 
 
Qu’est-ce qui manque quand aucune dif­fé­rence n’est per­çue ?
 
 
 
Sous quelle lunette, à quelle échelle, sous quelle focale, y a-t-il ou pas de dif­fé­rence ?
 
 
 
Que peut-on pré­di­quer du sen­si­ble­ment pareil, de l’on va pas chi­po­ter, du patem­ment iniden­tique ?
 
 
 
S’associer est-il une acti­vi­té ?
 
 
 
Qui veut ache­ter des confi­gu­ra­tions ani­mées de la matière rares et raf­fi­nées ?
 
 
Knock knock who’s at the lab door ?
 
 
 
Pour­quoi le cri­tère géné­tique « cri­nière » est-il consi­dé­ré instable ?
 
 
Où en est-on du che­val ?
 
 
Pour­quoi morphe-t-on si peu et à tant de frais ?
 
 
 
Vrai ou faux ?
 
 
 
 


Mas­si­cot-maçon­ne­rie à par­tir des pho­tos de Tho­mas.

Je ne m’énerve pas ; j’explique aux gens.