02 01 21

Je me sais tel que je me veux, et je me veux tel que je me sais moi-même : parce que je veux ma volonté, parce que je veux absolument. En moi sont donc parfaitement unis connaissance et volonté. Comme je veux encore percevoir en particulier ma volonté, mon acte, – je remarque aussi que j’ai une volonté, que je puis faire quelque chose sans le savoir, et mieux encore, que je puis même connaître et savoir sans l’avoir voulu.

Ich selbst weis mich, wie ich mich will und will mich, wie ich mich weis — weil ich meinen Willen will — weil ich abs[olut] will. In mir ist also Wissen und Willen vollkommen vereinigt. Indem ich meinen Willen, meine That — besonders noch vernehmen will — mercke ich, daß ich auch einen Willen haben — etwas thun kann — ohne daß ich darum weis — ferner, daß ich etw[as] wissen kann und weis, ohne daß ich es gewollt habe.

Novalis« Fragments préparés pour de nouveaux recueils »Œuvres complètest. 2Les fragments ⋅ trad. Armel Guerne Gallimard1975p. 73§ 108 acte action connaissance conscience de soi ego ich réflexivité romantisme allemand sujet sujet/objet volonté