Fait à Lyon du 7 au 10 février 2019 par Valentina Barriga, Alice de Boissezon, Pierre Borel, Frédéric Déotte, Audrey Dewet, Thomas Ducasse, Alexandre Dumont, Timothey V. K. Dyèvre, Christophe Dymanche, Leila El Yaakabi, Brigitte Goffart, Élisabeth Préfet, Hugo Hyart, Antoine Hummel, Léa Lanoë, Xavier Metz, Olivier Nourisson, Philipp Rabe, Amalia Vargas, ainsi que Grégoire Sourice en détachement, et Julien Schneider et Juan Diego Otero sans le savoir. 48 pages. 60 exemplaires. 13€ frais de port inclus.
ou : legobistable[at]gmail.com
Puisqu’on s’est donné comme jeu et con­trainte, pour ce numéro de Lego­vil, d’orga­niser une tra­gédie pen­dant les trois jours à venir, et de la repré­senter le dernier soir devant un public (invité ou fortuit), je crois qu’on peut dire qu'on s'est placés sous le joug, ou sous l’influ­ence, des deux notions qui des­sinent l’ambi­tus tra­gique : la nécessité et la fatalité.
- Reste, malgré cet accord, le mani­feste. Épouser le mani­feste, ce ne serait pas faire en loucedé de la pri­mauté néces­saire ?
Faire, mais rien de spécial. Une posi­tion inte­nable qui fait coïn­ci­der l'étau déon­tique et l'am­bitus tra­gique. Tous deux in­for­ment une dis­tinction qui per­met de les réu­nir sous l'énoncé suivant : on peut faire n’imp mais pas nawak. N’imp, c'est : ce qu’on veut ex tempore, ce qui flatte le moment. Nawak – en alle­mand on dirait Quatsch – ce serait quelque chose en tant que ça pour­rait être aussi bien rien du tout.
Le petit arc déon­tique de Lego­vil, c’est : A) au bout de trois jours, des choses devront être arri­vées (avoir été dites, écrites, des­sinées, enre­gis­trées, retran­scrites, rap­portées, con­signées, etc.) ; B) ces choses ne sont pas déter­mi­nées, au sens où les trois jours ne sont pas la mise en œuvre d'un « projet », la mise au propre d'un devoir – ni, d'ail­leurs, le moment festif où un « col­lectif » consomme, savoure et signe ses obses­sions, ou célèbre la façon si voluptueuse qu'il a d'être obses­sionnel.
Or, pour Lego­vil – il est inu­tile de le nier même si ça entame notre sen­timent d’être des sagouins magni­fiques – il est incon­cevable qu’au bout des trois jours il n’y ait rien du tout, en même temps qu'il est incon­cevable de se lais­ser aller à la cursi­vité aristo­cra­tique hyper­indul­gente envers la spon­ta­néité, la virtu­osité, la volu­bilité.