16 05 20

Anthropopathes(je, vous, nous, dieu, la nature, l’humain, l’espèce)

Voyez-vous nous étions des chasseurs cueilleurs et cette activité unique mais diverse nous a donné notre forme initiale chasser et cueillir courir et nous pencher monter la tente le soir et la démonter le matin voilà ce pour quoi l’animal homme est fait ce à quoi nous sommes bons voilà le mode opératoire qui maintient notre forme en place or un jour on se mit à bêcher la terre et on bâtit en dur autour des semences et depuis nous menons une vie déclinante une vie désadaptée à l’espèce qui des millions d’années durant cueillit et chassa et fut structurée par cette agitation saine où loisir et travail passions et intérêts n’étaient pas séparés mais participaient d’une activité essentielle mécaniquement accordée au corps qui soutient l’espèce et la reproduit sans dommage.

Au début de mars deux mille vingt je rencontre un problème général de posture je ne tiens plus debout ni assis à peine couché je me prends régulièrement les pieds dans les jambes je tourne dans mon intérieur comme un veau mal crevé oublié dans un abattoir à la fin du service le problème est si général de posture si spécifique d’allure que tout mouvement l’aggrave un généraliste compatissant me m’envoie me prescrit des séances de kinésithérapie que je m’empresse de convertir en séances d’ostéopathie la kinésithérapie est un traitement des appareils moteur et locomoteur l’ostéopathie est un soin porté à la structure au squelette qui lève les blocages conserve ou restaure la mobilité structurelle décoince libère les corps durs et par incidence dégorge rouvre des voies à la circulation des corps fluides c’est une thérapeutique une approche thérapeutique d’une brutalité technique et gracieuse et presque délicate dans sa brutalité sereine et gracieuse on assiste sur son corps étendu rendu manœuvrable à une série de d’opérations éclair coordonnées sans qu’à proprement parler aucun coup soit porté simplement un poids exercé une certaine tournure un nouvel ordre au fond une impulsion nouvelle donnée aux fondations voilà ce que je crois vouloir pouvoir retrouver sur le la table d’ostéopathie le sentiment d’une rusticité pondéreuse et avec elle la sensation d’être soigné sans être accompagné pris en main sans prise en charge appréhendé avec justesse rudesse et la patience du facteur d’orgues simplement je n’y pense pas en ces termes au moment de ma conversion des séances de kiné en séances d’ostéo lorsque je me pose honnêtement la question pourquoi par un tour de passe-passe permis par le recoupement des pratiques as-tu si spontanément converti l’ordonnance de détourné la prescription d’un généraliste compatissant la réponse la plus sophistiquée qui me vienne est que ça marche mieux quand ça craque.

Robuste et sans manières notre ostéopathe n’est pas un kiné un kiné est un sceptique un qui sait pour vous sans vous dans une relation privilégiée avec vos symptômes un ostéopathe est un homme à l’écoute et néanmoins loquace un homme avec qui on peut en avoir une honnête et directe d’organisme à organisme et à propos de tout du tout du fonctionnement général de nos organismes en toute autonomie un organisme humain est une une fois quelques blocages levés robuste et durable synergie de forces vives à ce titre il mérite une approche énergique et loyale et qu’on plonge résolu dans les détails de sa structure et c’est cette sophistication cette recherche attentive d’un accord synergique ce souci méticuleux des structures qui caractérisent le fondateur de l’ostéopathie (apprendrai-je en me renseignant sur le mystérieux phénomène de ma conversion des séances de kiné en séances d’ostéo) un américain dont le patronyme signifie tranquille solide serein permanent pérenne et dont la célébrité fut soudaine absolument fulgurante comme il arrive parfois dans des périodes où des paroles simples simplement salvatrices sont spécialement audibles et bien réverbérées en l’occurrence c’est mille huit cent soixante-quatorze crise économique répression de grèves émeutières quatre-vingt-dix mille travailleurs au chômage soudain dorment pendant trois mois dans des commissariats une épidémie a cours et parallèlement le long de l’épidémie le bruit court à propos de tranquille serein permanent qu’un intuitif austère et secourable a guéri un enfant de la dysenterie puis dix-sept autres enfants de la dysenterie au seul moyen de ses propres mains une thérapeutique neuve et sans façons neuve et pourtant de simple bon sens une humaine qualification devrait suffire à comprendre l’humain qui se prétendrait spécialiste dans ce domaine serait présomptueux une thérapeutique de contact demeurée à l’écart des prétentions spécialistes scandales pharmaceutiques compromissions financières politique sanitaire d’état objectivement faillie une thérapeutique fonctionnelle sans effet de manche menton sourcil demi-lunes une thérapeutique fonctionnelle sans phrase sans sermocination.

Ça marche mieux quand ça craque mon corps a l’idéal thérapeutique de mon âge celui des ordinateurs de bureau qu’il fallait rebooter en cas de problème des petits terminaux que la pression d’une pointe de stylo réinitialisait mon corps croit au reset aux opérations purgatives et libératrices de maintien aux restaurations régulières d’équilibres en vue d’un maintien d’initialité factory settings configuration native sortie d’usine on disait à l’époque où mon corps était contemporain de cet âge une certaine idée purgative de la santé à savoir si ça craque ça remet en place et être totalement remis c’est être patiemment dans tout le détail de la structure osseuse remis en place d’une série de gestes brutaux je voulais que ça craque qu’un type s’adonne délicatement sur mon corps à des opérations brutales je voulais être remis et qu’on n’en parle plus remis en état et qu’on passe à la suite en état de marche initial et que ça reparte que je reparte voilà je voulais que je reparte remis ré établi dans sa structure logé dans son corps à l’abri dans mon corps calé dans les impeccables salons intérieurs de château corps avec vue sur les vignes alignées dans l’axe du couchant serein tranquille axé remis et je ne me figurais remis qu’après qu’on m’eut craqué.

Le bruit court au sujet de tranquille serein permanent qu’un intuitif austère et rugueux traite avec sans ménagement par la simple application locale des mains l’ensemble du squelette humain sans prétention sinon d’avoir inventé redé couvert fondé mis au jour un traitement nouvelle ment éternel et quand un pionnier comme pérenne américain permanent contemporain de son dix-neuvième siècle d’âge fonde il sait qu’il fonde au fond du kansas tranquille soudain serein dit d’une voix haute et claire i flung to the breeze the banner of osteopathy j’adresse au vent la bannière de l’ostéopathie qu’elle flotte et que le vent porte loin son message et bientôt le message est porté le bruit court qu’un homme un kansan austère et entreprenant soigne ses prochains de toute condition de tout âge avec ses mains agrestes et que les pauvres ne paient pas s’ils ne peuvent pas et que les femmes après avoir passé sous ces mains-là sont plus légères et trouvent le travail moins pénible et quand la rumeur au sujet de pérenne atteint son sa répansion maximale on raconte il se dit qu’un austère kansais sans façons twists les hommes les tord et secoue les shakes children les enfants et les femmes pour les remettre à les remettre en d’aplomb sans trembler.

Jusqu’à ce que le confinement du printemps deux mille vingt nous sépare j’allais donc un matin par semaine pendant trois semaines consulter un ostéo qui avait lui aussi un message une bannière des vues singulières sur le corps humain l’humain tout court les corps en général je le sais parce que lors d’aucune de nos trois séances l’ostéopathe n’a manqué de me faire part de ses conceptions anthropo logiques voyez-vous nous étions des chasseurs cueilleurs et cette activité unique mais diverse nous a donné notre forme initiale chasser et cueillir courir et nous pencher monter la tente le soir et la démonter le matin voilà ce pour quoi l’animal homme est fait ce à quoi nous sommes bons voilà le mode opératoire qui maintient notre forme en place or un jour on se mit à bêcher la terre et on bâtit en dur autour des semences et depuis nous menons une vie déclinante une vie désadaptée à l’espèce qui des millions d’années durant cueillit et chassa et fut structurée par cette agitation saine où loisir et travail passions et intérêts n’étaient pas séparés mais participaient d’une activité essentielle mécaniquement accordée au corps qui soutient l’espèce et la reproduit sans dommage.

Tranquille permanent est un empiricien des corps une méthode tôt acquise dans les vertes années kansaises à se la faire les mains sur des cadavres d’indiens fouiller les tombes indiennes pour digging in indian graves for trouver des sujets subjects d’étude et disséquer par simple avec passion le corps indien est un premier terrain d’investigation voilà tout galien avait ses gladiateurs estropiés serein solide a ses indiens morts a pour lui sa soif pionnière une pionnière opiniâtreté indian after indian was exhumed j’exhumais indien sur indien sur indien sans jamais parvenir à and still i was not satisfied satiété un témoignage d’une irrévérence touchante une absence de scrupules rachetée par l’ aveu d’abord ensuite par l’insatiable curiosité pionnière dont le larcin procède enfin par la noblesse des buts raisons causes effets longueur des profondeur de vues ne dit-on pas certaines fois que la fin justifie les moyens some one says the end justifies the means et je fais mien cet adage I adopt this theory pour apaiser les satisfy the qualms of my tourments conscience d’ailleurs les cadavres d’indiens never objected ne se sont jamais opposés à to being object lessons for the development of science leur devenir objet du progrès scientifique et d’ailleurs on n’a jamais vu qu’une famille soit venue réclamer.

Si pour une fois on considérait les choses du point de vue du destin de l’espèce sub specie specieī si on prenait du champ on s’apercevrait de la grande inversion du grand renversement où nous nous sommes commis substituant aux principes vitaux naturels d’adaptation au milieu une croissance hypertrophiée des prothèses et dispositifs technologiques visant à adapter notre milieu à notre misérable existence mais à un certain degré de cette inversion je vous le dis quand la distance se fait trop grande avec les principes initiaux de l’espèce je crois que l’espèce a tout à s’y perd définitivement il faut bien se figurer qu’il n’y aura pas d’appel pas de retour tout pas dans cette direction est un pas vers l’ extinction à la mort ad mortem destinamur nous nous destinons en croyant nous survivre comment l’espèce peut-elle bafouer ses propres sa propre loi de constitution sinon par pure folie il n’y a qu’une espèce hors d’elle pour ne se préoccuper que d’ elle-même et quel mauvais souci elle a d’elle quelle ignorance de ses principes combien il faut d’ignorance pour ignorer que ce qu’elle subit ce à quoi elle déclare la guerre est une conséquence de sa guerre faite à la nature de sa sécession prononcée d’avec la nature de ses inimitiés inter et intra spécifiques non mais regardez dans quel état l’état de l’espèce une dégénérescence toujours plus poussée et la grande difficulté afférente d’être présent à soi-même et au monde regardez le stade où nous nous sommes menée nous l’espèce la perte de la sensibilité la régression de l’empathie la surpopulation la disparition de l’écoute le triomphe du comme si de la simulation le remplacement de mère nature par mère internet l’espèce est visiblement dominée par la menace déterminée et structurée par la menace de son extinction et cette menace c’est comme si l’espèce y consentait la pressait lui faisait le droit le plus sacré l’exorait l’exauçait.

Tranquille serein permanent n’a pas le même aplombà nommer qu’à fonderla fondation futclaire une frappe juste etsèche assuréepleine d’audace etde fermeté la formule impressionne dans le game du recouvrement de la santé serein tranquille restorethe misplaced bones to their normal positionmais le nom luitarde etchangeest sanssolennitéc’est sous magnétiseur puisbonesetterrebouteuxpuis lightning bonesetterrebouteux du tonnerre restructureuréclairque serein se promeut des noms iconic et pas infamants mais un peu peuple non se tailler chez les braves une réputation de samaritain ou de thaumaturge c’est bien mais ça ne fait n’attire pas raquer le bourgeois le bourgeois n’attend pas le sauveur il veut payer pour son salut c’est une toute autre patience une disposition toute autre à pâtir le bourgeois veut s’assurer comptablement que l’affaire ira à son terme avec sérieux sécurité régulières restaurations de son agence il faut par temps d’épi de pandémie aller en jeter sur le terrain de l’académie n’importe quoi de grec ira pourvu que ça envoie du grec d’ailleurs serein permanent se fout de ce que de son barbarisme diront les Greek scholars les binoclards de la fac de médecine qui savent le grec ancien mais pas l’ingénierie et c’est osteopathy qui vient intuitivement un mot mal formé c’est certain quand on connaît son grec ancien car pathie réfère à la souffrance à l’affliction et vient former depuis pandore au moins des noms de maladies plutôt que de remèdes et donc la thérapie de serein permanent s’appelle quelque peu maladroitement mal aux os et le thérapeute malade des os comme si pour un cardiologue on disait cardiopathe le décalogue le décapathe un psychologue etc mais pathie ça n’est que restrictivement le nom de la souffrance subie ça n’est ça que pour qui probablement s’est habitué à la administrer la souffrance n’est pas limitée à la patience résignée chez qui souffre et compatit vraiment sait que pathie est un espace de contrariété commune une arène où les corps sont forcés de se considérer une clairière de sidérations réciproques une écoute pathie voilà est une écoute sensible de une attention à la souffrance de l’autre sensibilité étendue aux corps homologues et reconnaissance d’une commune et chatouilleuse condition sympathie bienveillance compassion voilà voilà l’ostéopathie est une pratique neuve de l’ancestrale sympathie une empathie de mains compatissantes une sollicitude offensive inoutillée d’ailleurs les femmes elles -mêmes ne s’y trompent pas la moitié de notre espèce constitue plus de la moitié de ma patientèle enfin soustraite au joug médical institutionnel au diagnostic masculin à la veille patriarcale sur leurs tenues manières postures à la mutilation obstétrico-gynécologique de leurs corps shame on the knife that cuts a woman like a christmas hog maudite soit la lame qui mutile la femme comme on coupe un gigot de pâques savez-vous que la moitié des femmes bear promènent sur leur corps knife-mark une marque de scalpel et je vous le dis I tell you c’est une insulte à l’intelligence de dieu le métier d’accoucheur s’est perdu comme l’honneur de l’homme qui fut toujours de défendre sa moitié de son humanité voyez-vous suffragettes et ostéopathes sont des allié e s naturel le s le suffragisme ne peut être dans sa forme la plus fière achevée radicale qu’une ostéopathie qu’un véritable plébiscite en sa faveur.

Je dis l’espèce je pourrais dire le vivant le vivant quand on ne le dédaigne pas aucun processus rien dans le vivant ne va dans le sens d’un dys fonctionnement chaque cellule chaque membre participe à sa perpétuation c’est ainsi que l’évolution les a codés jamais rien finalement ne manque à trahit son organisme exprime en la moindre de nos cellules des propriétés génétiques produit des solutions génétiques partage ses informations génétiques au cœur même du vivant veille l’espèce aucun processus n’est négatif au sens du vivant un processus peut être localement douloureux c’est vrai peut être inconfortable il ne fait que signaler la distance qui sépare notre vie de l’environnement qui pour lequel elle est faite les lois fondamentales qui gouvernent le vivant sont sans cesse bafouées depuis neuf mille ans au moins nous négligeons systématiquement systématiquement depuis neuf mille ans les rappels de sa vigie les recommandations de sa régie vous vous rendez compte neuf mille ans de déclin en pente douce vers l’hyper sédentarité connectée sans égard pour aucun environnement quel qu’il soit neuf mille ans de routine à se laisser croupir en marge du cours animal neuf mille ans de soustraction présomptueuse aux lois naturelles de l’évolution pour une vulgaire histoire de fer et de feu un accident de foudre qui nous a profité voilà tout et je suis le premier à utiliser un smartphone à profiter du tissu infrastructurel qui permet de consommer une aile ou une côte sans avoir à chasser la bête qui va autour mais tout de même à remettre tout ça en place à longueur de journées à ne cesser de remettre en place ce qui se détraquera dès le premier pas en dehors de mon cabinet dès la première visio dès la première heure de la première série matée au plumard je suis au premier rang pour vous assurer que l’humanité offre le spectacle unique et pour tout dire navrant d’une inadaptation de la vie de l’espèce à la structure de l’espèce mais ça ne durera pas voyez-vous ça n’est ni durable ni viable on ne passe pas neuf mille ans avachi comme ça sans que l’espèce à un moment pâtisse de ce relâchement tout se paie et si voilà neuf mille ans que nous sommes une fin de race à mon avis sans un sursaut de l’espèce sans une révolte de l’espèce face au sort qu’elle s’inflige sans une saine indignation de l’espèce nous n’en avons plus pour longtemps.

Un ostéopathe est un ingénieur engineer de l’humain armé d’un sens solide d’une intuition sereine et de l’émerveillement devant le monde le monde doit avoir été programmé pour fonctionner de cette façon si complexe et si harmonieuse à la fois et si dieu est un ingénieur so must be the healer c’est dans le corps within sauf et sûr the body safe and sure que repose le secret immémorial de toute cure forever lies the body’s cure un ingénieur compétent skillful engineer ajuste votre humaine machine so that de sorte qu’ every part works travaille fonctionne en accordance avec les nécessités nature’s requirements de la nature vis medicatrix naturæ les courants donateurs de vie les flux dateurs de vie the life giving currents circulent et s’égalisent le corps humain comme les plantes se déplie se déploie selon des pointillés et tout déploiement qui ne suivrait pas sa déhiscence toute éclosion contre-nature est un détournement du deific plan think of yourself as an electric battery à notre système nerveux comme the telegraphy of l’internet de la life n’oubliez pas l’homme est une machine hydraulico-pneumatique à feu et à sang une machine qui lorsqu’elle dysfonctionne requiert l’intervention d’un expert en ingénierie mécanique pour ajuster la machinery ce qui se resserre ta sunteinonta le relâcher luein ce qui se relâche ta lelumena le resserrer sunsteinein dans la plus pure tradition des mains appliquées sans le moindre recours à autre chose que les antiques mains sans aucun recours aux médicaments nous n’avons pas freed libéré l’homme de the n couleur de l’esclavage pour maintenir l’homme white man sous le joug des drugs médicaments le corps human engine humain si vous y songez bien est la plus divine pharmacie the most divine drug store il n’y a rien à ajouter ni retrancher aucune substance au cocktail divin du cerveau humain il a tous les liquides toutes les drogues toutes les huiles lubrifiantes tous les acides et anti-acides nécessaires le stock est pourvu il est à jour tout le nécessaire a été créé par dieu la volonté le désir la santé l’ambition l’énergie rien n’y tout y est fait défaut pour permettre à un homme né dans le maine de naviguer résolument sa vie unerring traveler jusqu’à sa sépulture californienne the way is right for the path is clear pas besoin de plâtres de broches chirurgicales pas besoin de prothèses de structures exogènes d’institutions normatives il n’y a qu’à restore the misplaced bones to their normal position reprendre position la tenir.

Et pourtant l’espèce croyez-moi a les cartes moyens de son destin en main nous l’espèce pouvons effectuer un soulèvement de la vie initier l’inversion salutaire pour nous la nature et tout le vivant l’espèce a les moyens tant que nous tenons inviolés tant que nous respectons nous plions à quelques conformons aux principes vitaux de base qui la nous gouvernent et toute chose vivante avec elle nous principes contre lesquels on chercherait en vain à lutter et pourquoi lutter vous connaissez le principe d’homéostasie la loi de l’homéostasie c’est peut être la loi principale le principe directeur du vivant du grand corps des vivants un principe de nécessité necessitas congrue toujours satisfaite felix selon le laquelle tout ce qui vous arrive a comme raison d’arriver tout ce qui vous affecte est une un signal nécessaire une alerte une grâce un avertissement un message qui vous enjoint à vous vous adapter ou à disparaître et cette disparition n’est pas une offense ne vous offensez pas de disparaître tout le monde disparaît tôt ou tard un organisme le nôtre a une durée de vie inscrite dans les gènes cellules micro biotiques faunes intérieures toute une végétation vivante qui nous fait divers et vivants à notre tour et votre disparition ne vient pas sanctionner votre vie vous n’avez que peu d’agence quant à votre date butoir pour ainsi dire vous viendrez buter où et quand vos vos biotes vos faunes ne pourront ne sauront plus reproduire leur et votre force une énergie sa source un puits d’énergie va se tarissant c’est ainsi nécessairement nos forces nous abandonnent les biocolonies lèvent la tente il faut bien partir un jour unquam moriendum est ou l’autre et votre extinction personnelle n’est pas une sanction de l’espèce ce n’est pas un outrage spécifique c’est un fait divers voilà tout dans l’histoire générale du vivant mais une fois disparu ne vous inquiétez pas si vous me permettez vous ne serez plus en mesure de là pour vous regretter.

Il en va de tout corpuscule comme du soldat dans son armée il suit les instructions sait quoi faire quand l’ordre est clair qu’il s’agisse de constituer un poil a hair ou la queue d’un paon dieu donne les ordres et les soldats de la soldiers of life vie se déploient exécutent accomplissent leur perform their duty devoir ils remplissent la mission qu’on leur a commandée ocelles barbules microlamelles cheveu fuselé fulfill their appointed mission dans une avec un in a swerving obedience sans trembler tranquille serein permanent est un allégoricien de son temps un homme de raison et de foi un homme voué aux faits trusting the facts et à ses visions visions dans lesquelles sont impressionnamment confirmées graphic validations of ses théories dans l’une de ses visions c’est le jugement dernier l’intendant s’adresse à l’ humaine assemblée de médecins on m’a chargé d’examiner ce cette foule cette troupe cette armée this host of men champions de toutes les luttes qui pendant vingt mille ans opposèrent la maladie à la santé combats between disease and health il va maintenant falloir compter établir maintenant un décompte précis des victoires de chaque camp every victory of both sides must be recorded une couronne sera décernée awarded à tout et chaque homme to each and every man qui porte sous son bras un fanion dérobé dans le camp ennemi the captured flag of the opposing enemy et les ennemis de l’ostéopathie morticoles se réclamant tous de l’école of the regulars classique subissent défaite sur défaite et l’un des généraux de l’école régulière s’en émeut il nous faut étudier la tactics de l’ostéopathie cette façon de faire craquer cette saturation locale des force s obstructives sans quoi nous perdrons encore et encore for this new enemy ce nouvel ennemi a sur nous l’avantage technologique de penser la machine engin ondes magnétiques et électricité and uses no antediluvian tactics et ne se fourvoie pas comme nous-autres dans des modèles stratégiques obsolètes.

Nous avons scindé l’unité de notre expérience vitale en une entité purement biologique d’une part et une vie affective d’autre part il s’agit de retrouver cette unité de laisser agir surgir la vie en nous préparer disposer nos corps à la réaction au re surgissement de la vie en nous nous je vais peut-être dire là quelque chose de d’un peu général je m’en excuse mais il me semble que je crois que nous avons à vivre et c’est une tâche difficile bien sûr mais nous nous le devons nous avons à être et c’est une tâche insensée mais il nous faut être à la hauteur de cette unité vivante qui tout à la fois contient et dissout en elle-même chacune de ses unités les engendre de la même façon que toutes les parties de notre corps se dissolvent sans cesse dans les fluides et sont sans cesse engendrées par les fluides nous sommes une circulation un courant ininterrompu en nous coule torrentueuse la vie et nous ne devons pas nous y opposer nous avons savons les moyens ressources de nous conformer accorder adapter dans les plus hostiles conditions circonstances environnements les plus rudes notre réponse à l’espèce est nous répondons prompte promptement à l’espèce quand elle nous sollicite sans nous défiler nous ne manquons jamais à l’appel de la résilience mais mais si notre environnement se révèle trop éloigné de ce que l’espèce peut tolérer si nous persistons à infliger à notre organisme un environnement toxique alors la vie nous réagit nous alerte et ça peut être pénible certainement pénible jusqu’à la dégénérescence mais ce qui nous dégrade est encore un appel une manifestation de la vie jusque dans nos derniers moments la vie se manifeste ultimement manifeste une dernière fois sa puissance à nous alerter à nous informer la vie se donne jusqu’au bout ou alors elle suspend ses grâces et c’est encore la vie nous devons nous demander ce qui nous vaut cette suspension nous voyons ce que je veux dire il me semble que jamais la vie ne fait défection tant que le corps désire la vie c’est le corps qui décide qui décide de partir quand il n’est plus disposé à pâtir à recevoir la vie la vie dans toute sa son intensité sa véhémence son éclat et si vous me permettez de vous faire part d’une profiter d’une de mes dernières convictions si vous me permettez d’étendre un instant la portée de mes soins à de m’adresser un instant à votre âme une fois disparu vous nec desiderium nostri ne vous manquerez porterez pas disparu.

La nature est une œuvre perpétuelle perpetual labor par les vastes cycles de l’éternité cycles of eternity orchestrée par l’habile projet conducted by the skillful plan de dieu of god la nature nature stands se tient prête parfaitement fully armed and equipped et ne demande pas mieux more than willing que d’ exécuter les missions all duties devolving upon her qui lui sont confiées execute et l’obéissance aux lois rigoureuses obedience to those exacting laws du projet est tout ce qui est requis pour son et notre success voyez-vous j’ai un chiot à l a pup at home et quand il désobéit à mes ordres lois laws I apply je lui donne un coup de badine a switch afin de lui rappeler ses torts short comings de même nature vous donne la badine de la douleur the switch of pain quand ses recommandations sont enfreintes disregarded car le moindre officier the least rebelle le moindre rebellious or unwilling rénâcleur servant présage il faut s’en convaincre le début de la the beginning of the chute downfall du régiment corps tout entier of the whole army.

Finalement il n’existe rien que la vie en nous la vie même impétueuse en nous-mêmes il n’y a que la vie de notre premier à notre dernier souffle à l’œuvre dans le corps des manifestations la merveille de la vie qui s’exprime en nous cette énergie qui coule en nous cette clarté mentale cette allégresse non mais regardez-nous nos mines d’immunodéprimés vous n’allez pas me dire que c’est pour ça qu’on vit l’état normal de l’humain n’est pas cet état de désespérance c’est un état de joie de plénitude physique émotionnelle d’ardeur à lever la tente le matin et le soir à la dresser c’est une vitesse une allure volonté spirituelle un désir indomptable d’aller de l’avant découvrir arpenter ouvrir de nouvelles voies et puis modestement quand l’environnement l’exige une abnégation un renoncement courageux un preux sage consentement stoïque valeureux à s’intégrer sans heurts sans impudence aux circulations libres et fluides du vivant jailli une fois une fois jailli et toujours abondant car partout rejailli partout où se fait jour une intuition une conviction intérieure un désir sincère de reprendre sa route vers de nouveaux empires de cueillette de nouveaux horizons de chasse partout où un tel désir se fait jour dispose les corps à recevoir la vie et parfois parfois recevoir la vie c’est la prendre et perpétuer la vie c’est parfois avoir la sagesse de l’abandonner et si vous me permettez de d’excéder un instant le mandat de cette séance la vie s’étant retirée de vous vous ne vous manquerez pas si vous voyez ce qu ‘il s’agit de dont il faut prendre la mesure de la vie foisonnante en expansion constante ne demande qu’à entrer et sortir à circuler nous ne sommes dans ce prodigieux épanchement jamais que le résultat d’une décision fondamentale devant la question fondamentale de savoir si nous nous laisserons porter dans le sens de la vie ou si nous nous obstinerons à remonter le cours et c’est un choix c’est un tout à fait chacun fait les ses siens mais voyez-vous tout se paie on ne se rend pas compte quel impact ont toutes nos résistances nos fausses routes sur la vie qui nous environne combien nos obstinations nous séparent de notre environnement vous me direz où vous placez-vous pour affirmer de telles d’où tenez-vous de telles je vais vous dire ne croyez pas que je ne suis pas un militant de l’espèce j’observe simplement je vais le monde j’arpente le plus souvent je vogue seul je pose une gaze élégiaque sur le monde non-humain qui nous est insondable et je j’affronte considère avec attention gravité rire critique je ne m’interdis pas de porter considération un regard sollicitude critique sur les nos formes de vie qui sont les nôtres et je dépeins leurs écoutez je ne nie pas que je me tiens résolu du côté de l’espèce mais ça ne m’empêche pas d’en pointer les tendances de relever ce qui la détériore et la gâte et la gâtant la déstructure l’entraîne vers sa perte menace que je fais mienne également je ne m’excepte pas je ne m’épargne pas je suis le premier à qui sont les nôtres je suis de notre espèce en somme un modeste et volontaire bénévole un modeste et vigilant veilleur un député assidu je ne suis finalement de l’espèce qu’un représentant concerné.

Je ne souscris pas au déclinologe de mon anthropologue et ostéopathe éphémère ses expressions m’ont semblé de séances en séances toujours un peu plus suspectes comme s’il testait sur moi délicatement des positions de plus en plus brutales première séance physiologisme pessimiste établissement d’un rapport direct entre le déclin des postures et la perte de dignité nos corps avachis plombant nos existences alanguies deuxième séance primitivisme menaçant dédain pour le monde prothétique rage envers sa mollesse promotion de l’espèce biologiquement déterminée au rang de communauté idéale troisième séance néo- fascisme vitaliste appel à la régénération au réveil de l’espèce dans l’ordre naturel des choses résorption des conflits et des contradictions dans l’épopée de l’espèce en lutte pour sa perpétuation survie je ne souscris pas au déclinologe de l’anthropopathe mais je reconnais que venant me faire craquer pour être remis entièrement appréciant l’idée de ma santé depuis la chimère du reset faisant alors à la fois preuve de conservatisme de goût pour l’ordre et de soumission au bon sens sans façons d’une thérapeutique sibylline j’ai d’une certaine façon mérité le sermon le prêche le discours latent dans le prêche qui ne pouvait pas ne pas même incidemment me rappeler que pour moi le frêle sédentaire au six heures de laptop par jour et aux yeux prothésés dans le cours glorieux des choses animales normales ça ne l’aurait pas fait bien longtemps.

Notre vie prend place s’inscrit dans à l’intérieur d’ une aventure spécifique qui engage tous nos gestes toutes nos rencontres toutes les formalités du vivre à mesure que nous vivons nous tissons les liens qui nous enchâssent dans un environnement voilà ce qui m’intéresse voilà ce que je cherche à veux comprendre comment les singularités humaines singularités du geste et de la rencontre par exemple peuvent faire leur chemin à l’intérieur en nous déposer leurs traces les transmettre aux prochains suivants à ceux qui après nous viendront s’avancent déjà viennent prolonger prolongent l’aventure et comment ces traces sont par eux par nous qui sommes aussi les suivants de certains comment ces traces sont relevées pour en venir à constituer des ressources c’est ce rapport ce miroitement cette tension entre tribulations singulières et geste de l’espèce qui me sollicite interpelle mobilise passionne c’est ce souci qui me requiert.

Que l’anthropopathe se soit fait ostéo comme un nazi vendeur de piscines ou que sa pratique de l’ostéopathie lui ait progressivement rendu dégoûtantes les postures de son temps la réalisation de son programme positivement sauver la race en laissant crouler ceux qui ne savent plus se tenir ou négativement redresser l’espèce en laissant crever les inviables la réalisation du programme de l’anthropopathe demeure contrainte par un parcours de soins et peut être même tempérée par une honnête vocation au soin mon anthropopathe ne peut pas en conscience ou juste en l’état de la juridiction me supprimer sous prétexte que ma posture témoigne participe du aggrave le déclin de l’espèce ces préventions morale et juridique seraient cependant levées si l’humain venait à rejoindre la filière générale normale normalement sélective et généralement sans façons de la libre éclosion de l’ évolution animale normale des choses mais là encore l’anthropopathe en tant qu’anthropos qualifié a sur l’animal une supériorité qu’il néglige quand les choses tournent mal pour l’espèce s’identifiant à la vie même il empoigne un ou deux de ses faibles semblables et opère pour le bon déroulement des événements à venir un sacrifice principe gestionnaire.

Pages roses

  • Ad mortem destinamur vient de Sénèque (Consolation à Polybe, 11.3–4) : « Voilà ce pour quoi tous nous sommes élevés : quiconque est amené à la vie est destiné à la mort [quisquis ad vitam editur, ad mortem destinatur]. Applaudissons donc ce qui nous a été donné, et rendons-le quand on nous le redemandera. Le sort atteint chacun à des heures différentes : il n’oublie personne. Que l’âme se tienne disposée ; qu’elle ne craigne jamais ce qui est inévitable ; qu’elle attende toujours ce qui est incertain. […] Rien n’est plus insensé que d’ignorer la loi de la mortalité, sauf peut-être l’impudence à vouloir lui résister [Utrumne stultius sit nescio mortalitatis legem ignorare, an impudentius recusare]. » (Traduction d’après M. Nisard, 1838)
  • Necessitas felix est une expression d’Augustin d’Hippone dans sa réfutation des thèses du pélagien Julien d’Éclane, lequel soutient que l’homme peut choisir de faire le bien ou le mal, le juste ou l’injuste. Pour le vieil Augustin, la volonté ne peut rien sans la grâce, et le jour est encore à venir qui nous fera connaître « l’heureuse nécessité du bien [virtutis necessitas felix] » : « Dieu sera tout dans tous [omnia in omnibus] » et « notre nature sera comblée d’une telle grâce […] qu’il nous sera impossible de vouloir le mal [male aliquid velle non possit] » (Contre Julien, II, 5.62 ; traduction maison). Dans « heureuse nécessité du bien », il faut entendre l’opposition de nécessité à possibilité : le temps de la virtutis necessitas felix est le temps où toute volonté et tout pouvoir sont en acte volonté et pouvoir de faire le bien.
  • Unquam moriendum est (« il faut mourir un jour ») est une maxime latine diffuse, peut-être d’origine stoïcienne.
  • Une machine hydraulico-pneumatique à feu est la traduction d’une expression de Leibniz, dans sa controverse avec Stahl : « Que le corps animal soit une machine hydraulico-pneumatique à feu [machinam Hydraulico-Pneumatico-pyriam], et que l’élan [impetus] y soit donné par des explosions pareilles à des flammes, il n’y a plus guère pour en douter que ceux dont l’âme est occupée par des principes chimériques, tels qu’âmes divisibles, natures plastiques, espèces intentionnelles, idées opératrices, principes hylarchiques et autres archées, qui ne signifient rien si on ne les résout pas en mécanique. » (Opera omnia, éd. Dutens, II, p. 149)
  • Vis medicatrix naturæ (« la force / vertu médicatrice de la nature ») est une formule d’origine hippocratique devenue marque, label, nom de gamme ou de produit chez de nombreuses enseignes naturopathiques, et qui fonde la doctrine selon laquelle tout être vivant a en lui un pouvoir organique de conservation de constantes initiales ou de restitution à un état initial (schéma « classique »), d’adaptation à un environnement ou de résilience à une perturbation (schéma « moderne ») – soit une immanence des normes du vivant aux structures du vivant. L’expression est une favorite des gestionnaires – par exemple Thomas Malthus (An Essay on the Principle of Population, 1798), Herbert Spencer (The Principles of Sociology, 1876), Vilfredo Pareto (Traité de sociologie générale, 1917), et un certain John Fullarton (que Marx lit et annote en marge des Grundrisse) pour qui la vis medicatrix est à l’origine des crises du capitalisme, en tant que celles-là sont des purgations spontanées des excès de celui-ci. En sciences, l’expression jalonne l’histoire de la notion de régulation, jusqu’à son passage à la cybernétique, via la notion d’homéostasie (dont Walter Cannon, dans The Wisdom of the Body, 1932, place explicitement l’origine dans la vis medicatrix naturæ). (Sur « la formation du concept de régulation biologique aux 18e et 19e siècles », voir Georges Canguilhem, Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, 1977)
  • Ta sunteinonta luein kai ta lelumena sunteinein est un « principe général de traitement » donné par Hippocrate dans son traité De la nature de l’homme : « Les maladies dues au plein se guérissent par le vide ; celles dues au vide, par le plein ; celles dues à l’activité, par l’inactivité ; celles dues à l’inactivité, par l’activité. […] Le médecin doit […] relâcher ce qui est resserré ; resserrer ce qui est relâché [τα ξυντεινοντα λυειν και τα λελυμενα ξυντεινειν]. » (Texte grec : Œuvres complètes, vol. 6, Paris : Baillière, 1849 ; traduction maison)
  • Nec desiderium nostri (« ni le regret de nous-même ») réfère à un passage du troisième livre du De natura rerum de Lucrèce, dont voici un résumé :
    « Nul n’a le regret de la ni de sa vie
    quand l’âme et le corps sont tous deux endormis ;
    et ce sommeil durerait-il à jamais,
    jamais aucun de nous ne se porterait
    disparu […]. À croire que la mort est bien
    moins, si c’est possible, qu’absolument rien. »
    (« Ce qu’est la mort », v. 919–927 ; traduction maison)
  • Toutes les citations anglaises sont extraites de l’autobiographie d’Andrew Taylor Still (Autobiography of Andrew T. Still : With a History of the Discovery and Development of the Science of Osteopathy, Together With an Account of the School of Osteopathy, Kirksville, 1897), fondateur de l’ostéopathie. En vrac, sans italiques, des phrases ou bouts de Giorgio Agamben, Jacques Camatte, Thierry Casasnovas, Marielle Macé, Karl Marx.